DECLARATION PREALABLE CGT AU CHSCT DE L’UIN DU MARDI 11 JUIN 2019

Le procès de 7 anciens dirigeants, dont l’ancien PDG, pour harcèlement
institutionnalisé, s’est ouvert en mai 2019, presque dix ans après
l’ouverture de l’instruction.
Beaucoup de victimes ont quitté l’Entreprise ; si certaines ont tourné la page, d’autres ont vu
leur vie bousculer, sans pouvoir se reconstruire. La Direction de France Télécom / Orange
n’a jamais voulu ouvrir de négociations sur les réparations individuelles ou collectives, niant
tout préjudice. La CGT Souhaite une condamnation exemplaire, pour que les dirigeants
d’entreprises, tentés par ces méthodes, y réfléchissent à deux fois.
Une telle crise peut se produire ailleurs voire se reproduire, tant la financiarisation des
entreprises pousse leurs dirigeants à accroître sans cesse la rentabilité à court terme et la
productivité que les salariés paient au prix fort.


Alors qu’aujourd’hui, l’humanité sait tout. Elle sait même qu’elle peut s’autodétruire. Elle voit
exister en même temps la surproduction et la sur-famine, les sur-riches et les sur-pauvres.
Ainsi les hommes se désespèrent, parce qu’on leur fait croire qu’ils sont de moins en moins
utiles. La société capitaliste détruit l’équilibre plus que millénaire qui était assuré par le
travail. Aujourd’hui, nous voyons non seulement les pauvres, plus nombreux que jamais,
mais aussi les classes moyennes, exposées au chômage, qui se paupérisent et qui vivent dans
la peur. Le dogme capitaliste « Productivisme » amène notre planète à sa perte. Il pourrait
bien après le réchauffement climatique, après la pollution entre autre, des océans, après la
sixième « grande extinction », amener à la septième, celle de l’Humanité.


Malgré les différentes mises en garde de nos scientifiques, dans nos pays, dans les grandes
multinationales et donc à Orange, le discours du productivisme continue : Le marché est
naturel, l’argent doit commander, la compétition est impérative, la croissance est sacrée, le
libre-échange doit l’emporter sur tout le reste. Par-dessus tout une obsession accompagne le
productivisme. Elle occupe de multiples discours personnels et collectifs. Cette obsession
doit être partagée par le personnel. Si cette obsession ne peut entrer par la porte, il faudra la
faire entrer par la fenêtre. Cette obsession est « la compétition, c’est la vie » pour gagner il
faut produire et produire encore « produire, produire, produire… » Il faut être novateur, le
droit à l’existence est fonction de la rentabilité.


« Être ou ne pas être compétitif » nous dit le système. Si vous n’êtes pas compétitifs, vous
êtes des perdants, vous êtes morts. Orange invoque la compétitivité de l’autre (SFR,
Bouygues, Free etc.) pour soumettre et se soumettre aux exigences systématiques du dogme
productivisme. La logique compétitive est élevée au rang d’impératif naturel de la société,
une sorte d’évangile de la compétivité qui déclame « sa » vérité : On est entré dans le grand
marché, il faut donc libéraliser, dérèglementer, privatiser, sous-traiter, peu importe le sens du
« vivre ensemble » et celui du « bien commun ».
La compétition est considérée comme sacrée, elle nous protège, il n’y a plus d’autres critères
d’appréciation que la performance, la compétitivité, la rentabilité.


Sainte compétition protégez-nous !


Et les salariés (y compris ceux qui y adhèrent, simple variable d’ajustement, simple fusible)
sont victimes d’un système devenu fou :
Dévoreurs qui dévorez, pensez en dévorant que vous serez dévorés à votre tour…


Pour les élus CGT de ce CHSCT, Les Directions Nationales, Régionales et d’Unités
d’Orange portent une responsabilité collective aux désastres qu’apportent leurs soumissions
à ce dogme. Mais lorsqu’une dérive plus visible que les autres paraît, c’est le chacun pour soi
qui l’emporte, plus question d’équipe ou de collectif, la hiérarchie reprend ses droits. Les
responsabilités dégoulinent alors jusqu’à celui qui fera office de fusible.
A la CGT, nous ne nous résignons pas à ce dogme… Nous disons que le productivisme
effréné pousse à une compétition omniprésente, omnipotente, omnisciente. Nous disons que
les solidarités, les coopérations, les fronts communs, les biens communs, le vivre ensemble
peuvent et doivent l’emporter face aux périls communs qui s’appellent, la débâcle
écologique, les armes de destruction massive, les inégalités criantes, la toute-puissance des
marchés financiers.


« Soyez le changement que vous voulez voir dans le monde » (Gandhi)


Comme évoqué au début de cette déclaration, le procès en cours a vu, voit et verra (le procès
devrait se terminer le 4 juillet) bons nombres de nos collègues ou anciens collègues (y
compris de notre unité), apporter leurs témoignages. L’actualité ravive de pénibles souvenirs.
Pour la CGT, les actes de harcèlements jugés résultent en grande partie de cette course
effrénée au productivisme. Nous souhaitons que tous ici, tirions les enseignements de cette
période. C’est pourquoi, les élus et le RS CGT, afin de rendre hommage à nos collègues
décédés ou victimes proposent à ceux qui le souhaiteront, de s’associer à eux pour observer
une minute de silence.

Laisser un commentaire