Déclaration Préalable au CHSCT UIN des 19 & 20 Mars 2018

Il ne se passe pas un jour en Europe sans que les politiques d’austérité montrent leurs effets néfastes sur les salariés, les retraités et les privés d’emploi et sur le bien-être des populations.

Plus particulièrement en France, les stratégies financières conduites par les grands groupes et les politiques d’austérité budgétaire provoquent, fermetures d’usines, délocalisations, chantage à l’emploi, aux salaires sur fond de précarisation grandissante et d’un chômage record. Cette politique néfaste conduite en sous-main par le monde de la finance a des effets sur notre bien-être et sur l’avenir de nos enfants. Lors des dernières réformes, le Gouvernement a balayé d’un revers de main les propositions et alertes portées par la CGT. L’unilatéralisme et la pensée unique l’ont conduit aujourd’hui dans l’impasse actuelle avec le mécontentement notamment des « Gilets Jaunes ».

La Direction de notre UI ne se comporte pas autrement lorsqu’elle maintient le CHSCT de ce jour alors qu’un préavis de grève court…

Rappelons les revendications des salariés portées par la CGT :

• la hausse des salaires, des retraites, des minimas sociaux et particulièrement l’augmentation du Smic à 1800 euros brut et la revalorisation de toute l’échelle des salaires ;

• des pensions de retraite au minimum à 1200 euros nets ;

• une défiance face au projet de réforme des retraites par points gouvernemental ;

• l’exigence d’une justice fiscale avec particulièrement la suppression de la TVA sur les produits de première nécessité et la remise en vigueur de l’ISF ;

• l’attachement de toutes et tous aux services publics de proximité qu’il s’agisse de la santé, de l’école, des transports ferroviaires et plus largement collectifs, des postes ou des administrations pour répondre aux besoins des usagers et le refus des fermetures de ces services publics ;

• la nécessité d’une politique volontariste de l’État pour le développement de l’emploi et de nouveaux pouvoirs des salariés pour lutter contre les fermetures en cascade d’entreprises notamment industrielles ;

• faire respecter un véritable droit au logement avec en priorité le rétablissement des APL.

Il nous faut également penser une industrie et des services autrement tant l’urgence climatique nous menace…

Lutter contre le réchauffement climatique et contre les pertes de biodiversité est essentiel pour la sauvegarde de l’Humanité. Il ne s’agit pas d’organiser la survie des populations les plus exposées, les plus précaires mais le vivre ensemble dans la paix et dans le partage des richesses, travailler tous et autrement, pas pour enrichir les actionnaires mais pour plus de justice sociale, facteur de paix universelle et durable, comme le déclarait l’OIT en 1919…

Les modes de production et de consommation actuels sont inhérents au système capitaliste et au libéralisme mondialisé dont profitent les multinationales et « les riches » (le grand patronat, etc.) que les pouvoirs en place ne cessent de protéger par la loi (ordonnances Macron, loi anti-casseurs, etc.) ou par l’usage de la force lors des manifestations (violences policières, utilisation des LBD et des grenades de désencerclement, etc.).

Pour la CGT, lutter pour la justice sociale, la justice fiscale ou la justice climatique constituent le même combat visant à changer de système. Il est illusoire de penser changer l’un sans l’autre.

La CGT soutient les appels pour le climat et a appelé à se joindre aux mobilisations. Mais au-delà de l’interpellation des pouvoirs publics pour changer de cap, le patronat, particulièrement celui des grands groupes, porte aussi une grande responsabilité dans ses choix stratégiques et financiers préférant la compétitivité et la rentabilité à l’intérêt général. Ainsi, la CGT appelle les salarié-e-s des entreprises et services publics, les privés d’emploi, la jeunesse et les retraités à participer massivement et partout en France aux mouvements pour une autre politique sociale, fiscale et climatique.

Toutes les luttes à venir participent à la mobilisation nécessaire pour changer de système.

Il n’y aura pas de sortie de crise tant que l’intérêt des privilégiés prévaudra sur l’intérêt général.

Au niveau de notre unité, le CHSCT de l’UINC ne met pas tous les moyens en oeuvre pour faciliter le bon déroulement de l’expertise des PEMP. La Direction chercherait à gagner du temps qu’elle ne si prendrait pas autrement : les documents arrivent au compte goute et il en manque. A faire trainer l’expertise dans le temps, les CHSCT tel qu’on les connait aujourd’hui n’existeront plus. Quant sera-t-il des résultats de l’expertise ? La sécurité du personnel ne sortira pas gagnant de cette opération.

A ce jour toutes les PEMP Klubb : modèles ETL26, ETL 29, K 26, K26 tronqué ont toujours le panier qui bascule complétement ! De plus les points d’accrochage sont sujets à caution!

La Direction de l’UINC est au courant depuis plus de 18 mois : quelles sont les mesures de préventions prises ?

Aujourd’hui des nouvelles Pemp de marque France Elévateur arrivent sur notre unité, malheureusement leurs paniers basculent aussi complétement, comment la Direction de l’UIN a pu autoriser cela ?

Quelles sont les mesures de préventions que vous allez déployer pour éviter ce risque ?

Malgré les multiples interventions orales des élus CGT des différents IRP, Orange continue de nommer des managers sur des chaises vides alors qu’ils pourraient avoir une meilleure vision du métier s’ils accompagnaient les derniers pas dans l’Entreprise de leurs prédécesseurs. Orange joue ainsi une partie de poker (menteur ?) risquant ainsi de perdre tous les pions dans la partie. Le problème ici, c’est que les pions sont des salariés et que les dégâts d’un coup perdant se transforment en RPS. Même avec la meilleure volonté du monde, l’entraide montre ici ses limites puisqu’il ne s’agit plus de déshabiller Pierre pour
habiller Paul mais de le dévêtir pour accoutrer Paul mais aussi Jean, Louis et Albert Laissant Pierre et son équipe en slip. Il serait peut-être temps qu’Orange entende les élus du personnel afin de ne plus maltraiter ses agents…

La CGT sera vigilante et ne laissera pas se dégrader les conditions de travail des agents Orange par une politique hasardeuse liée aux risques (choix ?) managériaux de l’Entreprise.