Actualité revendicative à la CED le 28 Juin 2018 (par Rachel Groix)

Depuis plusieurs mois de nombreuses luttes se développent dans tous les secteurs du privé et du public, que ce soit les cheminots contre la casse de leur statut et pour un véritable service public ferroviaire, des fonctionnaires en action le 22 mai dernier avec l’ensemble des organisations syndicales, dans l’énergie, ou encore les retraités toujours mobilisés contre la hausse de la CSG. Les jeunes contre parcoursup et la sélection à l’université. On peut également citer, parmi tant d’autres, quelques luttes emblématiques comme celle en Irlande du droit à l’IVG, des salariés de Carrefour, ou des agents du CHR du RouvrayJanet…ces luttes s’inscrivent dans un combat de société contre la remise en cause de notre modèle social et républicain.

Les attaques de ce gouvernement des riches continuent avec des annonces de type la suppression de 40 000 logements sociaux par an au profit du privé, la suppression du forfait social pour l’épargne salariale au détriment du salaire et des cotisations qui financent la Sécurité Sociale, la retraite par points, la suppression de milliers de postes d’enseignants (notamment dans les lycées professionnels), la privatisation de l’énergie, l’arrêt de l’Exit Tax qui donne le feu vert aux candidats à l’évasion fiscale, etc

Le combat que mène la CGT à tous niveaux est légitime à côté des français qui sont pour un service public de qualité. Suite à l’annonce de suppression de 120 000 postes dans la Fonction Publique et au désengagement de l’Etat au profit d’actionnaires, le sondage Ifop du 5 juin confirme le plébiscite des français pour un service public assurant les missions d’intérêt général (quelques chiffres santé 83%, éducation 82%, transport 68%, distribution du courrier 67%…)

En cette période qui pour certains annoncent les vacances, nombreux sont les laissés pour compte qui ne pourront pas se permettre financièrement un séjour hors de leur résidence. Vous savez, tous ceux qui bénéficient aujourd’hui des minima sociaux, ceux-là même qui « coûtent un pognon dingue » ! Sans oublier les nombreux travailleurs saisonniers abonnés aux emplois précaires ! Alors pendant cette période estivale, nous devons continuer à nous mobiliser, à lutter, à oeuvrer à la convergence des luttes. Parce qu’on le voit bien dans nos entreprises, au niveau local, national et international, on ne peut gagner sur nos revendications et propositions qu’en répondant ensemble, nombreux aux attaques du patronat, du gouvernement, de l’Union Européenne…

Malgré les attaques intentées contre les militants syndicaux, et parce qu’aujourd’hui 28 juin 2018 les mobilisations contre la politique destructrice du gouvernement sont nombreuses, il est important de continuer le rapport de force sous toutes formes d’action.

Pour finir, j’en profite pour vous rappeler que ce samedi 30 juin, contre toute forme de discrimination LGBT, la marche des Fiertés est organisée à Paris et qu’un festival se déroulera à Nîmes contre le racisme. Le 6 juillet à Franqueville St Pierre un rassemblement de soutien est prévu contre la discrimination syndicale.