Postiers et courrier du Havre toujours en souffrance !

greve-la-poste-au-havre-la-levee-des-blocages-votee-au-31e-jour
Plus de 3 semaines après la fin du conflit des facteurs du Havre, case peu de choses ont évolué et la situation de la distribution du courrier et des recommandés n’est toujours pas revenue à la « normale ». Les postiers sont toujours confrontés à une direction méprisante qui ne respecte rien de l’ordonnance formulée par le Président du Tribunal de Grande Instance du Havre. Que ce soit sur l’étalement des jours de grève, for sale ou sur la poursuite des négociations sur la base des dernières évolutions (arrêtées à la décision du TGI), seules les concessions faites par le personnel et leurs organisations syndicales ont été honorées.

Au-delà de ce déni de justice et de la méprise de son personnel, La Poste se moque des usagers. Cette préoccupation, rendre un service de qualité aux usagers, devrait être le fer de lance d’une entreprise comme La Poste. Mais alors que La Direction du courrier de Haute Normandie promettait aux usagers que le courrier en souffrance serait rattrapé sous quinzaine, bientôt un mois après, des milliers de plis ne sont pas traités et des centaines de recommandés attendent d’être distribués.

Pourtant alertée par les organisations syndicales, sur l’évidente tromperie des usagers, La Poste se défendait par la mise en place d’un dispositif particulier, et surtout, derrière la volonté de ne pas rémunérer des grévistes qui auraient voulu assurer une partie de ce travail par des heures supplémentaires. Inquiète sur ce service déplorable, la CGT-FAPT 76 l’est d’autant plus face, à l’ignorance totale de la Directrice locale sur le nombre de courriers qu’il reste à distribuer, étant donné que la majorité des plis n’a pas été rapatriée sur le Havre.

ob_e8c672_bp

Où sont passés tous ces cadres bien-pensants, ses « facteurs » venus d’ailleurs, ses intérimaires embauchés à la sauvette pour casser le mouvement de grève ? A la vue de la densité du courrier en souffrance, on peut réellement se demander à quoi ils ont réellement servi si ce n’est une fois de plus à porter atteinte à l’image de l’entreprise qu’ils prétendent mieux représenter que les facteurs ! Tout leur « travail » n’a été soldé que de réclamations des usagers, d’erreurs flagrantes de distribution, de brimades incessantes envers le personnel gréviste, ballottages des intérimaires et non-respect des procédures élémentaires dues à la sécurité des objets qui nous sont confiés, en déchargeant le courrier au cul du camion à la sauvette dans les rues.

Que d’illégalité ! Que de prise de risques inutiles ! Que d’erreurs ! Que de désordre ! Que de manque de respect ! Tout ça pour discréditer des postiers et leurs organisations syndicales, dont la seule volonté est l’amélioration d’un service public postal de qualité, opposé au sabotage organisé par les instances dirigeantes de cette institution d’état.

La Poste mise au banc des accusés par l’ensemble de la presse, des cabinets d’expertise et de ses salariés, contrairement à sa communication (notamment via la « pause » annoncée des réorganisations dans sa branche courrier), n’a aucun état d’âme, et poursuit sa logique capitaliste au détriment d’un réel service public attendu par l’ensemble des usagers.

greve-la-poste-au-havre-la-levee-des-blocages-votee-au-31e-jour_1

La CGT-FAPT 76 dénonce ce manque de considération des postiers et des usagers de l’agglomération Havraise. Nous exigeons une réelle prise en compte des revendications des postiers, et l’arrêt immédiat du sabotage organisé par La Poste de l’ensemble du service public postal que ce soit par la déstructuration de la distribution du courrier ou par la fermeture définitive de très nombreux bureaux de poste (guichets), notamment 2 au Havre (Havre Port et Havre République). La CGT-FAPT 76 demande notamment la transformation de tous les contrats précaires en CDI, le respect de la distribution quotidienne du courrier, le maintien de l’ensemble des points d’accueil guichet et l’augmentation des amplitudes d’ouverture aux usagers.

L’ensemble de ces revendications passe nécessairement par un changement de politique postale et gouvernementale quant à la préservation de notre modèle social.