Orange – CE janvier 2015 : L’édito des élus CGT

Cher-e-s collègues, click nous avions imaginé pouvoir vous présenter, d’une manière un peu désuète mais charmante, nos vœux de bonheur, de santé, de prospérité pour cette année 2015.

Malheureusement l’actualité, mais surtout la folie de quelques uns, contrarie quelque peu cette sérénité.

Les 7,8 et 9 janvier, certains ont fait en sorte de s’attaquer à la république, aux libertés, à la démocratie.

Cette fois, il semble que c’étaient des fanatiques religieux.

Ils se sont attaqués au symbole de la démocratie, un journal indépendant. Pas n’importe quel journal, non, un de ceux qui, justement, dénonçait ces intégrismes imbéciles, d’où qu’ils viennent. Notons que plusieurs de ces journalistes étaient syndiqués à la Cgt. Ils ont également assassiné des membres des forces de l’ordre et des citoyens de confession juive.

Le pays dans sa grande majorité s’est retrouvé, s’est regroupé pour dénoncer ces actes odieux et barbares.

Même ceux qui, quelques mois ou quelques années plus tôt, trainaient ce journal devant les tribunaux, allant jusqu’à demander son interdiction. A cette époque la liberté de la presse leur importait peu.

Mais qu’importe, les forces de progrès se sont réveillées pour condamner et empêcher que les groupuscules fascisants, (qu’ils soient religieux, politiques ou de n’importe quelle nature, ils n’ont qu’un but, imposer l’obscurantisme, l’ignorance et la barbarie) n’étendent leur voile noir sur nos libertés. La Cgt fait partie de ces forces de progrès.

Pendant ce temps, la politique néfaste voulue par le patronat et mise en place par nos gouvernements successifs, continue de faire des ravages. Là aussi ce sont nos libertés qui sont attaquées. Au travers de la remise en cause des fondamentaux du code du travail, travail du dimanche, IRP, prud’hommes et cette liste n’est pas exhaustive.

Au nom d’une soit disant liberté d’entreprendre, qui est en réalité la liberté de se remplir les poches, ils doivent prendre des mesures qu’ils qualifient de courageuses. Remarquons que lorsque qu’ils prennent des mesures courageuses, c’est nous qui devons être courageux, pas eux.

Espérons qu’à l’instar de la réaction contre les attentats du début du mois, et en se gardant de tout amalgame, nos compatriotes s’unissent afin de garantir une liberté qui est de plus mise à mal, celle de travailler, de s’organiser, de gagner sa vie décemment.

Notre entreprise a un rôle important à jouer. En tant qu’opérateur historique elle se doit de montrer l’exemple comme entreprise citoyenne. Pour cela il ne suffit pas d’appeler à se joindre au deuil national en respectant une minute de silence. Il faut participer à la relance de l’emploi et donc de l’économie en ne négligeant pas les quartiers où le chômage explose, où l’échec scolaire est la règle, où le non-droit veut faire son nid. Il faut sans doute abandonner la politique du profit à tout prix et favoriser l’investissement, les recrutements, la formation. Rappelons au passage que c’était le but premier du CICE.

Faute de quoi, nous participerons à mettre en place toutes les conditions pour que notre jeunesse soit happée par tous les fondamentalistes de bas étage qui rôdent autour de la misère.