Conflit à Cany-Barville et Saint Valéry

Trois semaines après la mise en place de la nouvelle réorganisation, les agents des bureaux de Cany-Barville et Saint Valéry sont à bout.

Lundi 17 novembre 2014, l’ensemble des collègues de ces deux bureaux seront en grève pour dénoncer leurs conditions de travail.

Comme toutes les réorganisation, celle-ci prévoyait l’amélioration des conditions de travail, l’amélioration de la qualité de service et surtout l’optimisation des moyens (humains et matériel)

Pour ce qui a été de l’optimisation des moyens, La Poste a forcé le trait en supprimant 6 tournées et 7 emplois, mais pour les deux autres volets, RIEN. Les conditions de travail se sont détériorées (ça tombe sous le sens, avec des tournées à rallonge, jusqu’à 6 heures de conduites, près de 800 montées-descentes de voiture par jour et un repas pris pas avant 15h30 dans le meilleur des cas), et une qualité de service déplorable rendue aux usagers avec des parties entières de tournées qui ne peuvent plus être distribuées (faute de temps).

Après deux heures de négociations (ou plutôt d’écoute), La Direction locale considère que les agents ne sont pas assez efficaces et n’appliquent pas correctement les prescriptions de La Poste. Aucune remise en cause de leur désorganisation. Aucune prise en compte du mal être des agents et du cri d’alarme que la  CGT-FAPT 76 a porté aux travers des revendications du personnel.

Le préavis porte notamment sur les points suivant:

-Réintégration du TG et de la cabine à Cany-Barville.

-Création de deux tournées supplémentaires à Cany-Barville.

-Création d’une tournée supplémentaire à Saint Valéry.

-Arrêt total de la sécabilité…

Toutes et tous, soutenons les agents de Cany-Barville et Saint Valéry.