Orange : le 26 juin, mobilisons-nous pour notre avenir !

Le secteur des télécommunications illustre à lui seul le fonctionnement du libéralisme: alors que le volume d’activité a explosé (voix, data…) et que les nouveaux produits (tablette, Smartphone) inondent le marché, toutes les entreprises suppriment des milliers d’emplois. Bouygues annonce plus d’un millier de licenciements alors qu’Orange ne compte remplacer, d’ici 2020, qu’un départ sur quatre.

Créer des richesses mais pour qui ?

 Avec des marges de plus de 30%, le secteur des télécommunications est un des plus rentables. Ainsi à Orange, le chiffre d’affaires est de 41 milliards d’euros et le nombre de clients en hausse de 5,6 millions (236,3 millions, +2,4% sur 1 an). Pour l’année 2013, le taux de rentabilité d’Orange est de 8,7%. Il est de 3,2 % en moyenne chez les opérateurs de téléphonie européens et de 3,4% pour les entreprises du CAC 40.

La direction d’Orange agite le spectre de la concurrence féroce de Free qui menacerait l’équilibre financier de notre entreprise. L’examen des chiffres économiques démontre le contraire.

Comment se fait-il qu’avec une croissance de l’activité, l’emploi et les salaires soient aussi maltraités ? La réponse est simple : tout le fonctionnement du capitalisme consiste à prélever le maximum de richesses sur le dos des salariés, des retraités et des chômeurs pour satisfaire la voracité sans limite des actionnaires et des dirigeants. Ainsi le PDG aura gagné 1,188 millions d’euros en 2013 soit 42 fois plus que la moyenne d’un agent en bande C.

Orange, SFR, Bouygues, Free: nous subissons la même politique :

Pour fêter la vente de SFR en 2014, Vivendi va récompenser ses actionnaires avec 5 milliards d’euros. Pour les salarié(e)s de SFR une prime ponctuelle de 2.000 € qui représente un montant global d’environ 18 millions d’euros. Les actionnaires percevront ainsi 280 fois plus que les salariés… Depuis 25 ans, ce sont 23 milliards d’euros de dividendes qui ont étés versés aux actionnaires de SFR.

La crise, vous avez dit crise ?

Selon l’ONG Oxfam, les 85 personnes les plus riches de la planète accumulent une richesse équivalente aux revenus des 3,5 milliards de terriens les plus pauvres. Soit la moitié de la population. 10% des Français détiennent 65% du patrimoine. 50% des Français n’ont pas de patrimoine du tout. Dans l’édition estivale du magazine Challenges août 2013, la fortune totale des 500 français les plus riches a progressé de + 25% en 1 an pour atteindre un total de 330 milliards d’euros.

Coût du Travail ou coût du Capital ?

De 2000 à 2013 les comptes annuels d’Orange font apparaître :

  • 40 milliards de dépréciations d’actifs (perte de valeur de bien)
  • 37 milliards de dividendes versés aux actionnaires
  • 25 milliards d’€ de frais financiers consacrés au financement des acquisitions.

La logique capitaliste n’a qu’un seul but : gaver toujours plus la minorité de personnes qui nous dirigent.

D’autres choix sont possibles !

Les salariés de Fralib à Gémenos (13) viennent de gagner la reprise de leur outil de travail en SCOP. Cela montre que même contre la toute-puissance d’une multinationale comme Unilever, on peut gagner. Mais pour vaincre il faut lutter et se battre. Les congés payés, la retraite, la Sécu…tous nos acquis sociaux ont été arrachés par la lutte!

Les cheminots l’ont bien compris qui sont en grève depuis une semaine pour la défense du service public. Tout comme les intermittents du spectacle qui se battent pour leurs garanties collectives ou les salariés d’Alsthom en lutte pour la nationalisation de leur entreprise et contre le démantèlement et la vente à des groupes étrangers.

“Celui qui combat peut perdre, mais celui qui ne combat pas a déjà perdu.”Bertolt Brecht

A FT/Orange, comme ailleurs il est urgent que les salariés se mobilisent pour que les richesses créées par leur travail répondent à leurs revendications pour l’emploi, les salaires, l’amélioration des conditions de travail, un service rendu de qualité.

Cela passe aussi par un plan d’investissement ambitieux qui répond aux défis technologiques à relever (THD, 4G, 5G…) pour créer les conditions d’un véritable droit à la communication pour tous.

C’est possible, c’est nécessaire !

La CGT a lancé une Campagne sur l’emploi. Dans ce cadre une pétition circule pour exiger « une formation = un CDI !» il faut la faire signer dans tous les services. Des dépôts de préavis de grève locaux sont prévus dans de nombreux services pour le 26 juin.

Pour des embauches et pour de meilleurs salaires, de meilleures conditions de travail, le développement du service public, La CGT vous appelle à participer à la grève et aux manifestations le 26 juin.

(Un préavis de grève national a été déposé.)