La Poste – courrier : une direction de plus en plus méprisante

Plis électoraux  Pour rappel, ambulance La Poste a touché 60 millions d’euros pour la distribution des différents plis électoraux cette année.

La section CGT du site de Saint-Etienne Du Rouvray a déposé un préavis de grève afin de négocier la distribution des plis électoraux et recevoir une juste répartition de l’argent engrangé par La Poste.

Lors de ce préavis, order ils demandaient au moins la même compensation qu’obtenue pour la distribution des élections municipales.

La Direction de Sotteville (certainement réprimée par la DOTC pour avoir négocié lors des municipales) a usé et abusé de son autorité sur l’établissement de Saint Etienne Du Rouvray :
-Aucune négociation.
-Menace verbale exercé envers l’ensemble des agents du bureau.
-Menace écrite par des désignations pouvant amener en cas de non respect une mise à pied de 15 jours.
-Entrave au droit de grève.

La DOTC, stuff sous couvert de faire des économies, a décidé de ne pas payer les distributeurs suivant les modalités antérieures (tarif suivant le poids et le nombre de plis).

Les Directeurs, suivant les sites, et plus ou moins habilement, ont contourné cette spoliation faite aux facteurs et aux autres agents qui traitaient les plis électoraux.

Oubliant les rudiments du dialogue social, le Directeur de Sotteville, a préféré, plutôt que la négociation, la manière dictatoriale et répressive. A travers la continuité de service, La Poste voulait imposer la distribution des plis électoraux gratuitement, et laisser le trafic habituel de coté. Sans plier face aux menaces, les agents de Saint Etienne, avec la CGT, ont réussi à faire payer plus à La Poste que s’ils avaient négocié et ont assuré la distribution du courrier en priorité.

La seule volonté de La Poste est de réprimer toutes sortes de revendications et couper toute volonté de voir des postiers demander la juste rétribution de leur travail ; si la volonté réelle de La Poste était d’assurer un service public de qualité nous ne constaterions pas un nombre exorbitant de tournées à découvert tous les jours, une précarisation accrue de l’emploi dans tous les services.

Même si nous voyons une attaque de plus en plus forte du patronat (grâce notamment à l’Accord National Interprofessionnel signé par la CFDT, la CFTC et la CGC), le droit de grève n’est pas remis en cause et ne doit pas être remis en cause.

Les méthodes dictatoriales de la Direction de Sotteville n’est qu’un exemple parmi d’autres, et reflète l’exact conception du dialogue social vu par La Poste envers vos représentants et de fait envers l’ensemble des postiers.

La CGT-FAPT 76 ne laissera pas passer de tels agissements et n’entend pas voir bafouer les droits des salariés comme l’entendent certains.

Le grand dialogue SOCIAL a disparu, le monde de La Poste où l’humain et le service public sont des notions imaginaires, et où la rentabilité (le capitalisme) est la seule façon de penser.

Tous ensemble avec la CGT, luttons et gagnons contre tous ceux qui s’attaquent à nos droits !

Pour des droits renforcés et une réelle défense des salariés un seul vote, un seul syndicat : LA CGT