Les postiers ne désarment pas après 8 mois de lutte !

DD

Depuis septembre 2013, les guichetiers des bureaux de Poste sont en lutte.

La Direction veut supprimer 118 emplois, soit 15 % de l’effectif.

Cette attaque sans précédent contre le service à la population se traduit par la fermeture partielle de nombreux bureaux, voire en totalité. L’activité est transférée chez des partenaires (communes ou commerces).

Les conditions de travail en seront d’autant altérées et pour les dégrader complètement La Poste met en compétition les guichetiers. Les challenges sont légions sur la plupart des activités dite à valeur ajoutée et pour le reste c’est direction les automates sans discernement. Les méthodes pour y parvenir vont jusqu’à l’intimidation. C’est un cauchemar pour de nombreux postiers. La poste mobile et les produits rentables sont les seules activités dont il faudrait parler.

C’est évidemment aux antipodes de nos missions, d’où le danger réel de fragilisation de ce service au public.

La Direction n’a qu’en tête la rentabilité la productivité, la rationalité et l’optimisation.

Les agents sont mécontents et le malaise est profond face à cet absurde fonctionnement, d’où la multiplication des mobilisations et des luttes dans de nombreux coins du département.

Ce 16 mai n’est qu’une étape qui a été franchie avec dynamisme par les agents de La Poste de Seine Maritime sur certains secteurs géographiques. La grève a été très suivie dans certains bureaux, au point que La Direction adresse des désignations pour la continuité de service qui ne l’émeut que les jours de grève. Pour nous c’est une attaque caractérisée du droit de faire grève. Cette posture de l’employeur contribue à faire monter d’un cran la tension.

A l’appel de 3 syndicats CGT FO SUD le rendez vous de lutte était donné à 11 heures devant La Direction Territoriale de Rouen près de La Gare.

Nous étions environ 80 pour exiger une rencontre avec Le Directeur.

Le Mépris du personnage est tel en direction de son personnel que cette rencontre attendue n’a pas eu lieu.

Nous avons donc décidé de bloquer durant près de 3 heures une partie du bd de La Marne.

Inévitablement des suites seront données sous diverses formes par le personnel qui entend bien se faire respecter et qu’enfin des négociations s’ouvrent.

La lutte continue nous n’avons pas d’autre alternative.

info luttes mai 2014

2014 agir après les grèves de mai à l’enseigne